09 septembre 2010

L'histoire de la marque Poclain.

Voici un historique de la marque Poclain.
J'aimerais tout d'abord remercier infiniment mon ami Romuald, pour tout ce qu'il m'a donné et appris sur Poclain.
Je tiens aussi à signaler que toutes les photos sont de sources internet, et remercie aussi tout un chacun pour le partage, des divers documents qui seront dans ce sujet.

A préciser aussi que le sujet ne seras pas fait en une fois, tellement il y a de documents,photos et divers. Donc à suivre.

Posté par Engins chantiers à 20:47 - - Permalien [#]

Histoire Poclain.

Né le 24 avril 1897 au Plessis-Belleville, Georges Bataille est fils et petit-fils d'agriculteurs. Sa famille exploite depuis 1810 une des fermes importantes de la région. Il entame des études d'ingénieur agronome à l'Institut agricole de Beauvais. La guerre les interrompt brutalement. Appelé sous les drapeaux, l'étudiant se retrouve dans la cavalerie, connaît l'horreur des combats et la boue des tranchées. Lorsqu'il est démobilisé en 1919, il a 22 ans et la Croix de guerre. Il reprend l'exploitation familiale. Avec sa trentaine d'employés, c'est déjà une petite entreprise.

Dans les campagnes françaises, les tracteurs restent rares et ceux qui existent pas toujours faciles à faire fonctionner. Ce sont, pour la plupart, des monocylindres qu'il faut réaléser tous les ans. À force de réparer et de faire réparer le Mercedes-Benz de la ferme, Georges Bataille finit par s'associer avec un mécanicien, Antoine Léger. La société « Bataille et Léger » est créée le 1er mai 1927 et l'atelier installé à Lagny-le-Sec. Réparations de voitures et de tracteurs, fabrications de quelques équipements de machines agricoles, vente de carburant, les activités de cette association dureront jusqu'à la mort d'Antoine Léger en 1929. Georges Bataille reprend ensuite seul l'atelier et l'installe au Plessis-Belleville, dans un bâtiment en face de la ferme. Et le 12 décembre 1930, la société change de forme et devient une entreprise personnelle sous le nom « Ateliers de Poclain ». À l'emplacement choisi par Georges Bataille, face à la ferme, se trouvait une mare utilisée anciennement pour le rouissage du lin. Dans le patois picard, une mare s'appelle une « poche » que l'on prononce « poque » . C'était donc la « poque à lin » , qui, par contraction, devint « Poclin » puis « Poclain ». Poclain a révolutioné l'histoire des travaux publics. Avec un système hydraulique unique à l'époque; les pelles hydrauliques Poclain ont envahi le monde entier.

 

 

En 1939, Poclain est une petite entreprise d'une cinquantaine de personnes. La guerre déclarée, un marché est passé avec la Défense Nationale pour fabriquer des remorques devant recevoir des systèmes d'épuration des eaux. Un autre pour des chariots transportant des gaz. Un troisième consiste à mettre sur pneus les groupes électrogènes du terrain d'aviation du Plessis-Belleville. En parallèle, la construction de matériel agricole se poursuit presque normalement, en particulier le "trois roues".

Après l'offensive allemande et l'armistice du 22 juin, l'entreprise se retrouve en zone occupée. Georges Bataille aura bien du mal à faire redémarrer puis à maintenir l'activité. Non que les commandes fassent défaut, mais le fer manque, les bras aussi. Les réparations se multiplient, on bricole. Chaque remorque produite semble être la dernière. En mars 1943, il reste en tout et pour tout une quinzaine d'ouvriers et la production tourne au ralenti.

En août 1944, la libération devient enfin une réalité. Le Plessis-­Belleville et les « Ateliers de Poclain » n'ont quasiment subi aucune destruction. Dès le 7 septembre, le nettoyage de l'entreprise et la remise en état du matériel peuvent commencer. En France, passés l'euphorie de la victoire et les règlements de compte, les réalités économiques reprennent le dessus. Peu à peu, les ventes augmentent, rattrapent puis dépassent leur niveau d'avant-guerre. Ce mouvement ascendant se poursuivra jusqu'en 1948. À cette date, plus de 120 personnes travaillent dans l'entreprise.

Dans cette période est créée la fameuse TY45 qui fut un succès commercial et est restée une référence des dizaines d'années.

L'activité de la société atteint un bon niveau et désormais deux de ses fils, Jacques et Pierre travaillent à ses côtés. Tous deux ont moins de trente ans et sont ingénieurs de l'IDN (École centrale de Lille). Les catalogues mettent en évidence la polyvalence, les choix techniques et la qualité d'une fabrication industrielle en séries importantes. Devis et études gratuits, garantie six mois pour le matériel fourni, la société s'est, de plus, organisée en deux sites de production modernes : le Plessis-Belleville pour les appareils forestiers, les ensembles mécaniques et en général tout le matériel léger, et l'usine de Crépy-en-Valois dont les magasins sont directement reliés au réseau ferroviaire et qui est spécialisée dans le matériel lourd et la série. Poclain se diversifie avec l'usine de construction de chargeurs CMC de Carvin en 1970.

En 1974 une grosse partie de la société est racheté par le constructeur américain Case. Poclain conserve uniquement ses activités de de construction de pelle hydraulique. La totalité de la société sera reprise par Case qui sera lui-même racheté en 1999 par le groupe italien Fiat à travers sa filiale engins de travaux publics, New Holland pour donner naissance au 1er groupe mondial CNH Global.

 

Posté par Engins chantiers à 20:51 - - Permalien [#]

Histoire Poclain.

Il y a 80 ans, Georges Bataille fondait les "Ateliers Poclain".
L'entreprise prospéra, la production se fit aux usines de : Margny lès Compiègne, Verberie, Tracy le Mont, Crépy en Valois, Plessis Belleville, la Belgique, l'Espagne etc...
Puis, l'entreprise devint Case Poclain (Etats Unis)
De nos jours New Hollande (groupe Fiat).

Monsieur Georges Bataille.

GEORGES_BATAILLE

Posté par Engins chantiers à 20:53 - - Permalien [#]

Histoire Poclain.

Voic la gamme Poclain en images.

La 35 CK.

POCLAIN_35

Posté par Engins chantiers à 20:59 - - Permalien [#]

Histoire Poclain.

La 60 CL butte.

POCLAIN_60_CK

Posté par Engins chantiers à 21:08 - - Permalien [#]


Histoire Poclain.

La 60 PL à transmission hydrostatique et mécanique.

POCLAIN_60_P

Posté par Engins chantiers à 21:11 - - Permalien [#]

Histoire Poclain.

La 60 P à bras déporté.

POCLAIN_60_P_2

Posté par Engins chantiers à 21:13 - - Permalien [#]

Histoire Poclain.

La 60 C.

POCLAIN_60_CL

Posté par Engins chantiers à 21:14 - - Permalien [#]

Histoire Poclain.

La 61 CK avec ligne auxiliaire.

POCLAIN_61_CL

Posté par Engins chantiers à 21:16 - - Permalien [#]

Histoire Poclain.

La 61 P (2A).

POCLAIN_61_P

Posté par Engins chantiers à 21:18 - - Permalien [#]


  1  2  3  4  5    Fin »